Génaf


Génaf vous invite au vernissage de son exposition de restitution de projet ! by adele
18 octobre 2013, 5:36
Filed under: Burkina Faso, Projet Burkina 2013, Vie de l'association
Pendant les deux mois de juillet et d’août 2013, Génaf a financé et participé à la construction d’une salle de laboratoire pour le Centre agricole et pastorale de Lioulgou au Burkina Faso dans la province du Kouritenga.
17 novCe laboratoire était essentiel pour permettre au centre de dispenser un enseignement technique à ses élèves. Ce projet s’est donc inscrit dans la logique de favoriser une agriculture de subsistance et de participer au développement et à l’autonomie des communautés rurales du Burkina Faso.
Les bénévoles de Génaf ont également participé lors de ce projet à l’animation d’ateliers culturels avec des enfants de la communauté. Ces ateliers ont offert aux enfants des espaces d’apprentissage culturels et artistiques ludiques mais ont aussi été l’occasion de promouvoir l’échange et le partage entre deux jeunesses et deux cultures.
Nous vous attendons nombreux, alors n’hésitez pas à inviter vos familles, amis et collègues pour leur faire découvrir le travail mené par Génaf !
Entrée à partir de 14h30 avec exposition photo, jeux solidaires, spectacle, cours de percussions, diffusion de témoignages et film.
Informations pratiques :
Espace Delage
29 rue de la Concorde Asnières-sur-Seine
Métro ligne 13 : Gabriel Péri
Page Facebook de l’événement ici.


Bientôt l’inauguration ! by adele
30 août 2013, 1:29
Filed under: Projet Burkina 2013

« Nous sommes prêts pour l’inauguration !

Le laboratoire est terminé, peint, nettoyé, décoré. Certains parlent même du « joyau de Lioulgou » !

Un festin se prépare et des danses, des chants, des discours plein d’émotions sont prévus.

Nous aimerions vous faire parvenir des photos mais après tout le suspense et l’imagination, ça marche aussi !

Du côté des activités culturelles, des chefs d’œuvre ont été produits, dans des styles à la fois classiques et contemporains. La semaine dernière, les olympiades ont rencontré un grand succès et fait l’objet d’une participation massive. Une énergie débordante et un esprit de compétition à toute épreuve nous ont agréablement surpris.  Une coupe du fair-play a même été offerte ainsi qu’un petit cadeau à tous les participants.

La quatrième session est décidément très solide, nous faisons mentir les statistiques, tout le monde va très bien.

Nous sommes en revanche un peu moins prêts à partir… le départ est pourtant imminent, demain vendredi le jour J et samedi direction Ouaga puis décollage !

A très bientôt !  »

Sylvie



La session 4 raconte sa deuxième semaine à Lioulgou by adele
20 août 2013, 10:33
Filed under: Projet Burkina 2013

« Tout d’abord quelques nouvelles du chantier. Ces dernières semaines, les murs et la toiture ont été terminés, les enduits extérieurs également. L’intervention d’un électricien et d’un plombier a permis la mise en place des câbles électriques et de la plomberie. Les fenêtres et les portes ont été posées, les rampes et marches d’accès sont également achevées.

À l’intérieur, la structure du faux plafond a été posée, il reste une journée de travail pour le sol et globalement trois jours pour installer les casiers, les paillasses et le tableau. La dernière semaine verra s’achever les peintures et autres finitions.

Côté projet culturel, les enfants sont réceptifs aux arts plastiques, d’ailleurs, le directeur les intègre au programme de l’an prochain. Le décor de l’inauguration sera tout simplement magnifique !

Quant à la santé, la dernière session semble solide.

En dehors des journées bien chargées, la vie sur place est rythmée par les maquis, le ciné-brousse ainsi que diverses festivités et excursions… »

Sylvie



Les premières nouvelles de la session 4 by adele
14 août 2013, 6:56
Filed under: Projet Burkina 2013

La session 4 raconte son arrivée au pays des hommes intègres :

« Après un accueil chaleureux à Ouaga dans la nuit de samedi à dimanche,
nous avons pris la route de Lioulgou accompagnés des membres de la
3ème session qui allaient vivre leur 3ème et dernière semaine sur
place.

Lundi matin, réveillés par les chants des coqs, nous partons au
chantier. C’est l’occasion de faire connaissance avec les rois de la
construction : Rodrigue et Hubert, mais aussi d’effectuer « les
premiers maniements de pelle depuis le bac à sable » pour certains
voire la plupart d’entre nous !

Rapidement, une première confirmation : la saison des pluies est bien
réelle ! Nous avons pu rapatrier le chantier à l’intérieur du futur
laboratoire et continuer nos travaux.
L’après midi, nous avons été ravis de constater l’enthousiasme du
directeur, des professeurs mais aussi des enfants !

Un big up à Adeline et Rachel qui transforment de leurs mains expertes
les plus simples aliments en mets délicieusement réparateurs !

Nous ne vous en disons pas plus pour le moment mais ne vous inquiétez
pas tout le monde va très bien, des nouvelles  à suivre lundi et un
incroyable film réalisé par Adama et Martin sortira à l’automne 2013. »



La session 3 raconte sa première semaine à Lioulgou ! by adele
13 août 2013, 12:15
Filed under: Projet Burkina 2013

« Voici enfin le tant attendu bilan de la première semaine de la session 3, composée de Julien, Sylvaine, Andréa, Étienne et Mélanie.

Dès notre arrivée à l’aéroport, la session 2 nous attendait déjà avec impatience au point que Sarah se jetât à nos pieds pour nous accueillir (oui, trop pressée de pouvoir enfin passer du temps avec la mythique session 3). Enfin, évitons de trop nous étaler à ce sujet portant pas mal à controverses.

Avant de rentrer dans les détails de cette semaine riche en rebondissements, dardages et autres jeux tout aussi vicieux, une petite description de chacun des membres de cette nouvelle session s’impose. Commençons par l’élément moteur du groupe, Julien, notaire stagiaire.  A 25 ans seulement, il symbolise au sein de notre session, notre Naaba à nous français, notre chef, notre pilier, toujours là pour remonter le moral de ses troupes et prendre les bonnes décisions. Ce futur grand notaire prend son rôle de coordinateur et de chef de session très au sérieux, il sait en effet que notre bon fonctionnement repose sur ses épaules, mais aucun défi ne peut effrayer notre Naaba.

Je nomme ensuite Étienne qui, travaillant au sein d’une entreprise en aéronautique en tant qu’ingénieur, a maintenant fait ses preuves en tant que chef de chantier. Jeune homme dynamique et proactif, il est toujours prêt à retrousser ses manches sur le chantier et il n’hésite pas une seule seconde à prendre des risques à notre place. Son dévouement pour être monté sur le toit et pour avoir durement supporté l’acharnement du soleil fait de lui notre bouclier humain.

Passons ensuite à Sylvaine, étudiante en gestion, elle combine un double rôle : trésorière et intendante du groupe. Lorsqu’il s’agit de dettes envers qui que ce soit elle n’épargne (malheureusement) personne, de même pour la répartition des corvées, entre le lavage des douches, des latrines, vaisselles et eau, sa générosité est telle qu’il y en a pour tout le monde ! Son rôle de trésorière tient une place très importante car elle doit gérer le budget de notre projet et nous rappeler à l’ordre en cas de débordements. En tant qu’intendante, comme je l’ai dit précédemment concernant les corvées, tout le monde est servi ! Merci Sylvaine !

Notre douce Andréa, étudiante en Master 1 Action Internationale et Économie solidaire, est responsable du projet culturel. Son dynamisme, sa passion pour la danse, sa créativité, et sa très forte implication, sont autant de qualités qui lui permettent de diriger brillamment les activités culturelles. Sa personnalité qui déborde de joie et d’énergie met les enfants à l’aise, qui se prêtent volontiers au jeu notamment lors de l’activité danse. Le spectacle que les enfants présenteront à la fin de notre aventure symbolise le fruit de son travail acharné et nous laissera à tous (enfants comme adultes) des souvenirs à jamais gravés dans nos mémoires. Je laisse maintenant la parole aux autres Génafiens de la session 3 pour une petite description de moi-même…

Mélanie, future analyste financière, a joué un rôle crucial lors de la dernière épidémie de problèmes intestinaux, devenant ainsi une dealeuse professionnelle de Smecta. Patiente, attentive et dévouée, cette jeune femme au caractère bien trempé cultive des expressions que nous reprenons allègrement. Le mythique « non mais laisse tomber ! » reste l’expression la plus reprise à ce jour (expression à ne pas prendre au pied de la lettre sur le chantier).  Journaliste de renommée internationale, elle n’hésite pas à faire des portraits élogieux de ses chers camarades Génafiens qui apprécient sa bonne humeur et son rire contagieux. Elle restera pour nous la maman vers laquelle nous nous tournons en cas de petite baisse de régime…

Après cette brève description de chacun de nous, entrons dans le vif du sujet. Le soleil étant au rendez-vous, nous avons donc pu progresser de manière significative sur le chantier. En effet, ce dernier commence dorénavant à revêtir de vraies allures de laboratoire. Une fois le toit monté par la force herculéenne de nos amis de la session 2 et la nôtre, c’est au tour des fenêtres puis des portes d’être installées. Cette belle avancée nous encourage tous à poursuivre nos efforts afin d’atteindre notre but ultime.

Côté activités culturelles, le premier jour nous a permis de faire plus ample connaissance avec les enfants, le but étant de retenir leurs prénoms et de les mettre à l’aise. Nous avons ensuite organisé des activités sportives afin de favoriser la cohésion d’équipe et dépenser notre trop plein d’énergie à tous. Les jours suivants dirigés par Andréa, étaient dédiés à l’initiation au théâtre ainsi qu’à la danse. En leur demandant de mimer le Burkina Faso, tous les enfants se sont mis à chanter, main sur le cœur, leur hymne national. Ce fut le moment le plus touchant et le plus fort de cette semaine… Durant cette semaine, nous avons également commencé à créer avec les enfants l’histoire qui sera mise en scène à la fin de cette aventure.

Le mercredi soir, un événement important de la vie génafienne a lieu : la diffusion du Livre de la jungle sur grand écran (ndlr : projection sur l’un des murs du CAP de Lioulgou). Le crieur du village y a convié enfants comme adultes leur promettant de passer un moment magique. Mais malheur ! Il commence à pleuvoir sur le village de Lioulgou… Si la pluie ne cesse de tomber, il faudra annuler la diffusion du film… Mais comme au Burkina il « n’y a jamais de problème », nous avons finalement pu mener à bien notre projet initial réussissant à attirer une vingtaine de jeunes spectateurs. Les enfants et les quelques professeurs présents ce soir ont vivement apprécié le film. Finalement, il en faut peu pour être heureux au Burkina…

Le lendemain, nous avons rendez-vous avec le Naaba de Lioulgou, figure extrêmement respectée au sein du village. Certains usages doivent être respectés devant le chef : se baisser lorsqu’on le salue, enlever son couvre-chef, enlever ses lunettes de soleil. Nous nous sentons un peu gauches face à cet homme à qui est revenu le rôle de Naaba (fonction qui se transmet de père en fils). Nous en apprenons davantage sur son rôle à Lioulgou et sur la manière dont sont réglés les contentieux entre villageois. Son rôle de médiateur le rend ainsi indispensable à la bonne marche du village.

La fin du séjour à Lioulgou est proche pour la session 2 qui restera pour nous un quatuor très dynamique et volontaire ! Nous invitons nos amis burkinabés à passer la soirée avec nous autour d’un repas copieux composé de poulet, de crudités et de riz. Cette soirée conviviale nous permet également d’en apprendre plus sur les conditions dans lesquelles étudient les élèves du primaire. Monsieur Kima, membre du corps enseignant de l’école, nous parle du manque de moyens dont souffre l’école. Les classes surchargées (en moyenne plus de 100 enfants par instituteur) et les programmes scolaires sans doute inadaptés au contexte local ne permettent pas à l’enseignant d’exercer sa profession comme il le voudrait. Cela n’entame pourtant pas son désir de voir réussir ses élèves.

La semaine à Lioulgou s’achève puisque nous prenons la route de Ouagadougou. La session 2 visite la ville et fait ses dernières emplettes pendant que nous allons à Sabou voir la mare des crocodiles sacrés. Une légende locale prétend qu’un crocodile aurait jadis sauvé un guerrier en le laissant boire l’eau d’une mare sans les attaquer. Le lien étroit créé entre les hommes et les crocodiles à ce moment-là expliquerait ainsi le respect que l’on a aujourd’hui pour cette espèce à qui l’on réserve des attentions particulières (rite mortuaire spécifique notamment).

A bientôt pour de nouvelles aventures génafiennes… »

Mélanie



Bilan de la troisième semaine by adele
9 août 2013, 12:27
Filed under: Projet Burkina 2013

Les bénévoles de Génaf vous donnent des nouvelles de Lioulgou :

 » Bonjour à tous et bienvenue au désormais célèbre et nerveusement attendu message de suivi du sobrement nommé Projet Burkina Faso 2013. Comme s’il n’y avait qu’un seul projet au Burkina en 2013.

Pas d’arrivée de nouvelle session cette semaine donc pas de présentation de nouveaux Génafiens, il faudra pour cela attendre le message de la semaine prochaine dans un style probablement plus féminin puisque c’est Sylvaine qui reprendra mon activité. Cependant, tout Génafiens que nous sommes, un tel projet ne se réalise sans l’aide de personnes sur place et il est temps pour ce blog de rendre hommage à peut-être la plus illustre d’entre elles : Rachel !

Rachel est notre cuisinière/maman/protectrice/guide spirituel à tous. Elle est notre première source de connaissance de la culture burkinabè, nous permettant par exemple de découvrir que l’éphémère, insecte dont l’utilité reste à démontrer et qui a une fâcheuse tendance à perdre ses ailes  dès lors qu’il s’en sert, a, une fois grillé, un goût étonnamment proche de la chips au poulet ou au barbecue, c’est selon. Elle est réellement un élément essentiel au bon fonctionnement de ce projet et je pense pouvoir parler au nom de tous les Génafiens en la remerciant pour ce qu’elle y apporte.

En outre, si cette troisième semaine n’a vu l’arrivée d’aucun nouveau bénévole, deux membres, en les personnes de Martin et Adama, ont rejoint la joyeuse troupe de Génafiens résidant au CAP de Lioulgou. Martin et Adama sont deux étudiants de l’Institut Supérieur de l’Image et du Son de Ouagadougou, nom pompeux à souhait mais néanmoins à la mesure de leur talent de cinéastes, qui ont pour mission, dans le cadre d’une convention de stage, de produire un film de suivi du projet Burkina Faso 2013. En plus de l’aspect « témoignage » de leur travail au sein de l’équipe Génaf, notamment en ce qui concerne les activités culturelles qu’ils filment avec beaucoup d’intérêt, la présence de leur caméra a l’avantage non négligeable de motiver, si besoin était, tous les bénévoles sur le chantier, nul ne voulant voir sa fainéantise passer à la postérité.

Revenons en maintenant aux Génafiens puisque c’est tout de même de cela dont il s’agit ici. C’est donc un groupe maintenant expérimenté que l’on retrouve puisque composé de la session 1, qui rentre, au lundi 22 juillet, dans sa dernière semaine de présence sur place, et de la session 2 qui elle est à mi-parcours.

Malgré l’arrivée de plus en plus visible de la saison des pluies, le travail des bénévoles sur le chantier n’a été perturbé qu’une seule matinée durant laquelle les intempéries les ont forcés, pour le plaisir non dissimulé de certains, à s’essayer à la résolution d’énigmes ou encore s’initier à un jeu de cartes burkinabè dont l’intérêt reste encore un peu flou à mes yeux, je l’avoue.

Le chantier a somme toute bien avancé, dirigé par les mains désormais expertes des Génafiens. Ont notamment surgi de terre les superbes arcades qui encadreront le perron du laboratoire dans un style qui, n’ayons pas peur des mots, n’est pas sans rappeler les plus beaux monuments de la Rome antique. Je réalise en écrivant ces lignes que le travail sur le chantier des bénévoles peut être vu comme une corvée pour ces derniers par des yeux extérieurs. Si c’est le cas, je vous arrête tout de suite, ce n’est pas une corvée, c’est pire… Pourtant, il est important de rappeler que nos valeureux Génafiens y passent au moins quatre heures par jour, ce qui fait de Rodrigue et Hubert les personnes les plus fréquentées par les bénévoles, Rachel mise à part, créant ainsi de vrais liens d’amitié entre tous ces protagonistes. Par ailleurs, différents jeux rythment le quotidien et donnent lieu à des situations plutôt cocasses, parmi lesquels le killer ou encore le jeu du dard, dont je laisserai à chacun le soin d’en expliquer le principe !

Passons maintenant aux activités culturelles !

Cette semaine encore, ce fut génial. Les enfants ont entre autres choses appris à danser le madison, à écrire et mettre en scène une pièce de théâtre, à jouer au volley (activité qui a d’ailleurs autant plu au corps enseignant de l’école qu’à ses élèves), à créer des masques ou encore à transformer de banales tongs laissées à l’abandon en de terrifiants et colorés lézards !

Une semaine riche et passionnante qui se termina en apothéose avec les premières Olympiades du projet Burkina Faso 2013 ! Grâce au travail exceptionnel d’Eve, Sarah et Audrey ainsi qu’au concours du reste de la troupe, ce fut un véritable succès et je ne pense pas être le seul à pouvoir déclarer qu’il s’agit là de la plus belle journée passée à l’école primaire. L’après-midi fut rythmée par les différents cris de guerre de chacune des six équipes, et l’implication et la motivation de la soixante d’enfants participants à ces olympiades, pourtant à son paroxysme, n’était rien en regard de celles de Génafiens chefs d’équipe. A mesure qu’énigmes et épreuves collectives s’enchaînaient, parmi lesquelles course en duo pieds attachés, chamboule-tout, course de brouette ou encore épreuve de chorégraphie, se dessinaient les grands vainqueurs de cette journée que furent l’amusement et la joie de tous les participants, organisateurs et spectateurs de l’évènement. Pourtant il a bien fallu donner un classement final et c’est avec un plaisir non dissimulé que je révèle ici que les quatre meilleures équipes ont été celles menées par les membres de la session 2, confirmant par là même son écrasante supériorité sur ses consœurs ! Ne reste plus qu’à féliciter les enfants qui, par leurs performances et leurs efforts, ont permis à leur école de remporter cahiers, crayons à papier, stylos et règles graduées. Une superbe après-midi donc, qui s’acheva avec émotion par les adieux des membres de la session 1 avec les enfants dont ils ont eu la charge pendant leurs trois semaines de présence au Burkina Faso.

Enfin, tous les membres organisèrent le soir même un grand diner à l’internat du CAP pour permettre à la première session de saluer et remercier une dernière fois toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à la bonne tenue de leur commune aventure ».

Jérémy



Le mot de la Présidente à mi-parcours by Cécilia
2 août 2013, 12:39
Filed under: Projet Burkina 2013

« Bonjour à tous.

Après 1 an1/2 de préparation, nous voici enfin à l’aboutissement de notre projet Burkina 2013.

Depuis le 6 juillet, tous les bénévoles sont soudés plus que jamais dans ce projet afin de mener sa réalisation à bien.

Faisant partie de la première équipe, « les pionniers » comme on aime à le dire, j’ai pu prendre énormément de plaisir à installer « le décor » avec Eve, Nabil et Vincent.

Ces trois premiers aventuriers découvraient un chantier Genaf pour la première fois et je dois dire qu’ils s’en sont remarquablement bien tirés. Les premiers jours, il s’agissait pour nous d’installer des habitudes auxquelles chaque session allait devoir se rattacher pour le bon déroulement du séjour.

Ensuite, nous voilà partis à là découverte de la construction du laboratoire et d’en comprendre le fonctionnement. Ainsi, très rapidement, les ouvriers nous ont appris à faire du mortier, à ferrailler, à remblayer, à monter des murs, à réaliser des coffrages et à bétonner, et nous en sommes plutôt fiers.

Et puis, chaque après-midi, quel bonheur de retrouver les enfants avec lesquels nous travaillions chaque jour. Nous avons dû nous adapter à des réalités qui sont venues bousculer notre programme d’activités culturelles (pas toujours les mêmes enfants présents, davantage jeunes et parlant uniquement le mooré) et nous avons su proposer de nouvelles activités, ajuster notre démarche et surtout nous exprimer dans une langue des signes « lioulgo-génafienne »!

C’est avec une grande satisfaction que j’ai pu observer les efforts fournis par les bénévoles ainsi que leur capacité à tout réviser pour s’adapter aux conditions locales…

Au bout d’une semaine de vie commune, il nous a fallut accueillir la deuxième team, plus qu’en forme, prête à venir nous épauler. Pierre, Jérémy, Audrey et Fanny : un deuxième souffle, de nouvelles idées, un regain d’énergie et beaucoup d’humour !!

C’est alors que j’ai vu mes trois compagnons de route tout prendre en main : expliquer aux nouveaux venus dans les grandes largeurs la vie à Lioulgou, présenter les techniques acquises sur le chantier, relater notre expérience avec les enfants lors des activités culturelles afin qu’ils puissent s’en inspirer.

Wouahou, génial, voilà tout ce que nous espérions voir se mettre en place.

Nous avons rapidement constitué les binômes entre session 1 et session 2 : chefs de session, chefs de chantier, responsables projet culturel, passage de relais entre journalistes et responsables santé.

Et quelle efficacité ! Tout s’est déroulé « au top », en tant que Présidente je ne pouvais espérer mieux.

J’aurais aimé que notre chef de projet, Lauren Kharouni, puisse voir cela mais patience, elle arrive dans peu de jours et de nombreuses anecdotes l’attendent !

Nous avons reçu les remerciements et satisfactions de la part de tous les responsables avec lesquels nous travaillons depuis des mois : chef du village, directeur de l’école primaire, responsables du CAP, entrepreneur, ouvriers et villageois.

Voici un mois que nous sommes sur place et le déroulement de nos activités démontre que la préparation du projet fut extrêmement bien menée. Sans le travail de chaque bénévole, qu’il soit infime ou conséquent, nous n’en serions pas là aujourd’hui. Merci à tous pour votre participation et vos idées toujours meilleures les unes que les autres.

Sans le soutien de nos amis, familles, collaborateurs, partenaires et bailleurs de fonds, nous ne pourrions être fiers de tout ce travail effectué alors merci infiniment pour votre confiance.

Aujourd’hui, la session 2 s’apprête à quitter Lioulgou pour rentrer en France laissant ainsi toutes les cartes aux mains de Julien, Andrea, Mélanie, Sylvaine et Etienne qui constituent la session 3 et qui sont de source sure très efficaces !

Dans une semaine, c’est Lauren accompagnée de Maeva, Romain, Benjamin, Sylvie et Camille qui viendra se greffer au travail en cours et assurer la finalisation du projet sur place.

C’est le fruit d’un travail collectif, d’une adaptabilité constante et d’un dévouement à une cause qui nous est chère que nous savourons en ce moment…

Bravo Genaf, l’aventure continue !

A bientôt pour de nouveaux écrits.

Sarah ».